La Réponse du 11 novembre

L’attaque meurtrière de la gendarmerie de Samorogouan, le 9 octobre 2015, par des hommes armés venus de la frontière malienne, avec un passif de trois gendarmes tués, confirme que l’insécurité est à nos portes. Notre peuple vit sous le joug de l’insécurité. Il attend des réponses efficaces aux semeurs de malheur. A cela, s’ajoutent les braquages permanents perpétrés par des coupeurs de routes sur les grands axes routiers, notamment à l’Est de notre pays, les enlèvements et les assassinats en pleine ville. On comprend pourquoi certains observateurs classent le Burkina Faso parmi les pays du monde à haut risque d’insécurité. Il urge donc pour le candidat du peuple de changer cette perception. Car, il est clair comme l’eau de roche que sans un environnement sécuritaire fiable et durable, le développement économique et social et l’élargissement des espaces de liberté deviennent hypothétiques.

La lutte contre le grand banditisme, la grande criminalité et le terrorisme constituent une condition préalable au succès de notre programme de société : « Bâtir un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice ». La construction d’un Burkina Faso de paix et de stabilité s’articulera autour de la restauration rapide de la sécurité sur l’ensemble du territoire national dès les premiers mois de notre prise de pouvoir avec le vote de confiance du peuple. Le plan de sécurisation durable du pays prévoit le renforcement des capacités d’intervention des forces de sécurité et de défense. Outre l’augmentation des effectifs, des équipements de renseignement de dernière génération seront effectifs. L’accent sera mis sur le recyclage afin que les policiers et gendarmes soient à la hauteur de notre ambition de tolérance zéro à l’insécurité au Burkina Faso. Dans ce combat de longue haleine contre l’insécurité, l’apport du peuple est primordial. Dans ce cadre, les populations seront organisées en brigades villageoises ou sectorielles de sécurité dans tout le pays. Cette contribution citoyenne de notre peuple à cette lutte contre l’insécurité vient de notre profonde conviction que la sécurité doit être avant tout, l’affaire du peuple lui-même. Aucune force, aussi spécialisée soitelle, ne peut à elle seule, assurer la sécurité d’un peuple.

Dans ce numéro :

1111, 2015

Meeting de Dédougou : Roch n’est pas candidat mais Président du Faso !

Deux heures après les fructueux échanges avec les forces vives de la Boucle du Mouhoun, le Président Roch KABORE   s’est rendu à la place des Martyrs de Dédougou pour présenter officiellement son projet de société [...]

Télécharger La Réponse du 11 novembre
2016-10-12T14:51:28+00:00