La Réponse du 12 novembre

En finir avec le triste spectacle des « écoles sous paillote »

Éduquer ou périr, disait le grand sage. Cette sagesse montre l’importance d’une éducation de qualité pour tous dans le développement d’une nation. Elément moteur de la formation et de la maturation d’une opinion publique douée de raison, l’éducation de base de qualité posera les jalons d’un Burkina démocratique et prospère. Pour aborder avec réalisme, hauteur et pragmatisme, la transformation structurelle de notre économie, il faut un capital humain bien outillé à la base.

En la matière, les défis à relever sont nombreux au Burkina Faso, dans un pays où le taux moyen de croissance de la population est de 3% par an. Les questions de gouvernance et celles liées aux ressources humaines, logistiques et financières, en passant par la gestion des bourses d’étude sont des facteurs qui, s’ils ne sont pas pris en compte avec toute la rigueur requise, déteindront négativement, sur l’ensemble de la chaîne de productivité du service public.

Avec la victoire de notre candidat, l’Etat doit réaffirmer sa souveraineté pleine et entière sur la question de l’éducation de base. Il est grand temps d’en finir avec la « massification » et le triste spectacle des écoles dites « sous paillote » qui ne font pas honneur à la conscience collective de notre pays. Par conséquent, des mesures urgentes et énergiques seront prises. Ainsi notre programme politique énonce-t-il 21 propositions. L’accroissement annuel de 10% du taux de scolarisation au préscolaire et la normalisation de toutes les classes au primaire les cinq prochaines années, permettront aussi, de redonner au secteur éducatif burkinabè la plénitude de ses ambitions.

La qualité de l’éducation reposera sur un accroissement du personnel enseignant de l’ordre de 13% par an, afin de parvenir à un ratio de 50 élèves par enseignant, au post-primaire.Outre la systématisation des technologies de l’information et de la communication, la construction de lycées scientifiques dans les 13 régions figure dans notre programme d’action. En un mot, construire une école nouvelle sur du solide, sur du Roch. Ensemble, une éducation de qualité est possible au Burkina Faso.

Dans ce numéro :

1211, 2015

Meeting de Koudougou : le grand discours d’orientation politique de salif Diallo à Koudougou

De tous les propos qu’il a pu tenir à l’occasion de la campagne présidentielle, Salif Diallo n’a jamais été aussi inspiré qu’au meeting de Koudougou où il a tenu un discours que l’histoire politique nationale [...]

1211, 2015

Worokya ROUAMBA : grande militante du MPP

Mme Worokya ROUAMBA est gestionnaire de profession et membre active de plusieurs associations féminines. Mariée et mère de trois enfants, elle est également une grande militante politique. Conseillère dans sa commune, Sabou, Mme ROUAMBA a [...]

1211, 2015

Le MPP Bazèga lance sa campagne à Saponé

La section MPP du Bazèga a donné rendez- vous à ses militants, le dimanche 8 novembre, pour le lancement officiel de la campagne présidentielle dans la province. C’est la commune de Saponé, située à une [...]

Télécharger La Réponse du 12 novembre
2016-10-12T14:51:27+00:00