La Réponse du 20 novembre

Des actions fortes pour un cadre de vie sain

Hier 19 novembre, était la Journée Internationale des Toilettes. Et vous me permettrez exceptionnellement de vous inviter à une pause-toilettes. D’ores et déjà, je vous demande pardon, car je n’ai nullement l’intention de vous couper l’appétit. J’en parle parce que ce n’est ni un sujet tabou, ni un sujet vil. Aller aux toilettes est un aspect de la vie aussi important que tous les autres domaines de cette même vie. Sinon, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) n’en consacrerait pas une journée mondiale. Les toilettes sont un passage obligé quotidiennement pour tous sans distinction de catégories sociales.Cette journée a été instituée pour rappeler que 2,5 milliards d’individus dans le monde n’ont pas accès à un assainissement adéquat d’une part, et pour sensibiliser le grand public sur les questions d’hygiène à l’échelle planétaire d’autre part. D’ailleurs, d’aucuns l’appellent la Journée Mondiale de l’Accès à l’Eau et de l’Assainissement.

Au Burkina, comme dans la plupart des pays subsahariens, le manque de toilette est une pandémie silencieuse et discrète mais réelle et mortelle. Des 18 millions de Burkinabè que nous sommes, près des trois quarts d’entre nous (surtout ceux des campagnes) manquent de toilettes adéquates ou pas du tout de toilettes. Vous en voulez une preuve ? Jetez un coup d’œil dans certains caniveaux non couverts de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso ; vous verrez des matières fécales, réservoirs de microbes, sources de contamination pour nos enfants et nos barrages. Dans les villages, c’est pire.

J’ai lu ceci dans Jeune Afrique : «Le manque d’accès à l’assainissement est un des facteurs les plus aggravants de la propagation des maladies dites hydriques. Un gramme de matière fécale humaine peut abriter jusqu’à cent œufs de parasites, 10 000 virus (comme l’hépatite ou la polio) ou encore jusqu’à un million de bactéries, responsables de la dysenterie, du choléra ou de la diarrhée. Cette dernière provoquerait chaque année près de 760 000 décès d’enfants de moins de cinq ans, soit plus de 2 000 par jour, selon l’OMS». Les conséquences sont donc désastreuses.

Le candidat du MPP à l’élection présidentielle du 29 novembre, Roch Marc Christian KABORE, dans son programme quinquennal, prévoit de prendre à bras le corps la question d’eau potable et de l’assainissement. Pour l’assainissement des actions fortes sont prévues : construction et extension de réseaux d’égouts à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso permettant de porter le taux d’accès de 13 à 25% ; construction d’assainissement pluvial avec une approche de mobilisation sociale et sensibilisation des populations à l’usage des ouvrages d’assainissement. Il est en effet nécessaire que les populations adoptent un meilleur comportement vis-à-vis de l’assainissement. A cet effet, un programme de participation des populations aux mesures d’assainissement et d’hygiène publique sera lancé à travers le renforcement des moyens des voiries, la formation et le financement de brigades d’inspection dans les lieux publics, débits de boisson et alimentation de la rue.

En outre le candidat du MPP prévoit la construction de latrines familiales, de puisards domestiques, de blocs de latrines publiques, de latrines scolaires, de stations de boue de vidange, de latrines dans les écoles primaires, les CSPS, gares, marchés, lieux de cultes…

Voilà ! Pour ceux que j’ai gênés dans leur appétit, je vous le rétabli.Bon appétit.

Dans ce numéro :

2011, 2015

Moctar Dabiré MOGMENGA, candidat MPP aux législatives dans le Koulpélogo

« Nous travaillons à assurer une double victoire au MPP » « Sur le terrain dans la province du Koulpélogo, la mobilisation est optimale et les camarades sont déterminés à offrir le maximum de suffrages au MPP. A [...]

2011, 2015

Claudine OUEDRAOGO : La Princesse enfourche son cheval pour la victoire du MPP

Claudine OUEDRAOGO est originaire de la commune de Méguet dans la province du Ganzourgou. Claudine OUEDRAOGO travaille comme attachée d’administration scolaire et universitaire à la Direction générale de l’éducation non formelle à Ouagadougou. Dans son [...]

Télécharger La Réponse du 20 novembre
2016-10-12T14:50:13+00:00