Le Programme du MPP, « une aubaine pour les femmes de Simon »

C’est en 1995 durant le premier mandat du conseil municipal de Ouagadougou que la brigade verte été crée. Encore une des manifestations du pragmatisme du maire d’alors, Simon Compaoré, 2e vice président du MPP. Au lieu d’interdire le prélèvement du sable, le gagne pain de nombre de femme démunis et qui fragilise certaine voiries, le bourgmestre Simon Compaoré, leur a suggéré le balayage des rues en lieu et place de leur ancienne activité.

L’initiative trouve échos dans le projet de société du candidat Roch Marc Christian Kaboré en matière de promotion d’un cadre de vie sain, de lutte contre la pauvreté et de protection des couches sociales défavorisées.

On les reconnait à leur combinaison verte qui leur vaut l’appellation brigade verte. Elles sont sur les routes de la capitale souvent des 3h du matin munis de balais. C’est grâce à eux que les principales artères de la ville sont dans un état de propreté impeccable. Elles, ce sont les « femmes de Simon ». Le nettoyage de la ville est leur gagne pain et cette activité, leur profession. Tout est parti de 20 femmes pionnières en 1995 ayant débuté le travail de nettoyage des rues de façon volontaire et le maire de la capitale, en guise de reconnaissance, les encourageaient avec divers dons en nature. En 1998 que la Brigade verte s’est réellement constituée en association reconnue la même année par le ministère de l’Administration territoriale. Depuis lors, difficile d’imaginer Ouagadougou sans ces «dames propretés». De l’avenue Françafrique à l’avenue Bassawarga en passant par les avenues Charles De Gaulle ou la Circulaire, les femmes de la brigade entretiennent deux fois par semaine environ 200 kilomètres de voies bitumées. Au nombre d’environ 3 000 âmes pour avec 95% de femmes, les brigadiers de la propreté sont les garants de la préservation de l’environnement urbain, l’amélioration du cadre de vie des citadins.

La tache est noble mais pénible, risquée pour des ces dames parfois très âgées, mais obligées par des conditions de vie encore plus dures de vie, de retrousser les manches très matinalement. En effet, il n’est un secret pour aucun passant, qu’elle travaille dans la poussière, souvent sans équipements adéquats de protection pour se prémunir des maladies respiratoires. Elles sont également, exposées à l’insécurité car elles se lèvent tôt le matin.

Actuellement, la brigade est forte de plus 3 000 et courtisée par plusieurs villes et pays qui comptent s’inspirer de l’exemple de la brigade verte de Ouagadougou pour venir à bout de l’insalubrité dans les grands centres urbains.

 

Femmes démunies, femmes battantes

Elles sont pour la plupart d’un certain âge et de milieu défavorisé : des veuves, des divorcées n’ayant pas de situation sociale minimale et bien d’autres cas de pauvreté. Par cette activité, elles parviennent bien que difficilement à assurer leur pitance. En plus de leurs taches ordinaires, elles sont à l’occasion commise au balayage des grands espaces à l’approche des grandes manifestations et les alentours des lieux publics pendant les grandes rencontres.

Roch candidat des femmes de la brigade verte Le programme « Bâtir avec le peuple, un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice » est largement consacré à toutes les femmes, à l’image des femmes battantes de la brigade verte de Ouagadougou. Une large part est consacrée à la promotion de la femme comme acteur dynamique de développement. Avec le nouveau contrat social que le MPP mettra en œuvre dès son accession à la magistrature suprême, la réduction de la pénibilité des taches de la femme est au centre des préoccupations. Roch a aussi en ligne de mire la valorisation du travail des femmes qui se lèvent tôt, à l’image de celles de la brigade verte.

Le candidat Roch s’est donné les moyens de faire en sorte qu’au moins 80% de la population urbaine et 50% de la population rurale aient accès aux services et infrastructures d’assainissement. Pour opérationnaliser cet ambitieux programme environnemental, le MPP mettra en place des services communaux d’assainissement fonctionnels, d’un programme opérationnel d’assainissement pluvial et même l’extension des réseaux d’égouts de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

2016-10-12T14:51:29+00:00