Lutte contre la corruption : l’un des premiers combats du MPP

Thème de campagne

Depuis le dimanche 8 novembre 2015, la campagne présidentielle bat son plein et chaque candidat s’évertue à faire la promotion de son projet de société. L’un des thèmes que bien de Burkinabè voudraient que l’on aborde dans cette démarche de séduction de l’électorat, est sans nul doute la corruption, ce cancer qui semble avoir pris toute la société burkinabè. Tous la dénoncent, mais le phénomène a la peau dure.

S’il y a bien un mal, un sujet qui alimente les débats en ce moment, c’est bien la corruption qui tend à s’ériger en règle de conduite au Faso. Dans les administrations, la passation des marchés publics, dans le milieu des affaires et même dans le domaine social, le phénomène gangrène la vie du citoyen burkinabè. Décrié par tous, le mal semble devenu une hydre. Aussi, les électeurs voudront certainement tenir compte de l’engagement des candidats par rapport à cette question pour faire leur choix le 29 novembre 2015, jour du scrutin.

Dans son programme « Bâtir avec le peuple un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique, de liberté et de justice », le candidat du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), fait de ce mal, l’un des combats de premier ordre. Pour ce faire, la bonne gouvernance constitue la première partie du projet de société de Roch Marc Christian Kaboré. « Le mouvement insurrectionnel des 30 et 31 Octobre 2014 me rappelle aussi mes responsabilités. En effet, je dois apporter des réponses à la hauteur de l’immense espoir suscité par le soulèvement populaire. Ces dernières années, la mauvaise gestion du régime déchu a entretenu de nombreuses fractures sociales. La demande sociale du peuple est devenue plus pressante que jamais à tous les niveaux, notamment en matière de justice sociale… », peut-on lire dans le préambule de son document qui lui servira de boussole après son élection à la présidence du Faso. Il a conscience des graves problèmes de gouvernance qu’il faut absolument résoudre dans l’objectif de garantir la justice sociale pour tous. Aussi, ses engagements au regard de l’ampleur du phénomène portent-ils sur :

  • la création de conditions pour rendre effective l’application des textes définissant les règles disciplinaires et déontologiques applicables aux agents publics (Etat, démembrements de l’Etat, fonction publique parlementaire) ;
  • la promotion de la « méritocratie » dans les nominations au sein des structures administratives en mettant l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ;
  • le maintien et la généralisation du dispositif de recrutement des responsables à la tête des démembrements de l’Etat (établissements publics de l’Etat et sociétés d’Etat) ;
  • la mise en œuvre effective et diligente de la déclaration de patrimoine des responsables administratifs et des élus avec publication au journal officiel.

Tout manquement à ces valeurs qu’il compte partagées avec le peuple burkinabè sera puni comme il se doit. Roch Marc Christian KABORE sait également que toutes ces mesures ne sauraient être efficaces que si l’on procède à une réforme profonde de la justice garante des valeurs de la République.

2016-10-12T14:51:08+00:00